LES FEMMES ET LES HOMMES

Tandem, dix ans d’ouverture d’esprit

Fin 2008, un artisan de la maroquinerie de Sayat quittait ses outils et le Puy-de-Dôme pour passer une semaine derrière un comptoir au côté d’un vendeur du magasin du faubourg Saint-Honoré. Les échanges Tandem étaient lancés. Rapprocher ces deux univers n’est pas qu’une affaire de kilomètres. C’est une invitation à vivre la vie de l’autre et à faire connaître la sienne.
Tandem Tandem
La fréquence des échanges s’est amplifiée depuis 2014, et à présent pas une semaine ne se passe sans qu’un artisan et un vendeur troquent leurs gestes, leurs rituels et leurs horaires, se glissant dans les habits de l’autre.
C’est la règle du jeu du programme Tandem.
Les maroquineries ont ouvert la voie, suivies par les manufactures textiles, puis l’horlogerie, la porcelaine et l’émail. Et les magasins de tous les pays se sont pris au jeu, Asie en tête.
En pleine croissance d’Hermès, Tandem rapproche ainsi des femmes et des hommes qui se donnent la main au-delà des langues et des continents. Car la frontière franchie n’est pas seulement géographique. Vu dans l’œil de l’autre, le métier de chacun prend son sens. Il devient œuvre commune, une culture partagée.
« Quand on fait naître un Kelly ou un Birkin, on se demande comment il sera présenté aux clients, qui le portera, pourquoi il sera choisi. Lors de mon immersion dans le magasin Hermès de mon “Tandem” à Las Vegas, en décembre 2017, j’ai réalisé toute la vie trépidante qu’il y avait après l’établi ! J’ai pu aussi mesurer l’attention portée par les vendeurs et les clients aux détails que nous, maroquiniers, soignons au quotidien. Beaucoup m’ont remerciée, je ne m’y attendais pas du tout. »
 
Virginie Dubois,
maroquinière à la manufacture de La Tardoire, Montbron (Charente)

 


À découvrir aussi
 

  • Collection Empreintes sur le monde

    On les reconnaît à leur blouse blanche, qui leur vaut le surnom de Blouse Brothers. Ce sont les frères Prudhomme, Lionel et André, contremaîtres à la maroquinerie de Pantin. Plus que leur habit, leurs gestes affûtés par une quarantaine d’années de maison en font des mentors à la parole d’or, au regard attentif au moindre détail. Ils transmettent ainsi aux artisans maroquiniers les secrets des finitions impeccables, les exigences du sac parfait.
  • Empreintes sur le monde : Londres, Royaume-Uni Empreintes sur le monde : Londres, Royaume-Uni
  • Dans les filets dorés de la porcelaine
  • Dans les filets dorés de la porcelaine

    Des arts qui émaillent la céramique, celui de poser des filets sur une pièce de porcelaine est l’un des plus délicats. Dans les ateliers Hermès de Nontron, il faut savoir jongler entre coupelles et grands vases, assiettes, plats et soupières. Huit fileurs-doreurs maintiennent ce savoir-faire et les décorent à la main, à l’aide d’un pinceau à sifflet gorgé d’or, de platine ou de couleur.
     
  • La dextérité,
    secret de fabrication des talents

    Un ballet de doigts agiles fait danser les outils de la coupe et du travail à la table dans les maroquineries. Hermès accueille une diversité de parcours et d’âges. La dextérité, testée avec Pôle emploi, l’emporte ici sur la formation d’origine.
    C’est, avec le respect du temps long, le principal secret de fabrication des objets.
     
  • La dextérité, secret de fabrication des talents
  • Le corps à l’ouvrage
  • Le corps à l’ouvrage

    Quinze à vingt heures de travail pour un sac, vingt-cinq heures pour une selle : les gestes nécessaires à la fabrication sont contraignants. Des réflexes simples aident les artisans à garder le cœur et le corps à l’ouvrage.