Le corps à l'ouvrage | Hermès

LES FEMMES ET LES HOMMES

Le corps à l’ouvrage

Quinze à vingt heures de travail pour un sac, vingt-cinq heures pour une selle : les gestes nécessaires à la fabrication sont contraignants. Des réflexes simples aident les artisans à garder le cœur et le corps à l’ouvrage.
Être humain, c’est être en mouvement, notamment lorsque l’on est artisan. Une plongée dans l’atelier le montre : la main et le haut du corps sont à la manœuvre du début à la fin de la réalisation d’un objet. En plaçant des capteurs au niveau du cou, des épaules, des coudes, des poignets et du dos, on peut identifier et mesurer le rôle joué par la répétition de certains gestes et postures dans l’apparition de pathologies touchant les articulations. Et élaborer la préparation mentale et physique qui s’impose. 
Des ateliers ludiques de quatre heures, baptisés « Un corps pour la vie », ont été mis sur pied avec une structure de formation et de prévention des troubles musculo-squelettiques. Quelques réflexes santé du quotidien sont remis en tête par des kinésithérapeutes. On oublie parfois que la position idéale est celle dont on change souvent. Ou que la meilleure chaise est celle dont on se lève. Pour ceux qui rencontrent des douleurs et des gênes plus pénalisantes, des suivis individuels complètent cette démarche de prévention, généralisée à tous les métiers du cuir et toutes les manufactures. Car le corps est fait pour être en mouvement, et le rester.
 

À découvrir aussi
 

  • Tandem,
    dix ans d’ouverture d’esprit

    Fin 2008, un artisan de la maroquinerie de Sayat quittait ses outils et le Puy-de-Dôme pour passer une semaine derrière un comptoir au côté d’un vendeur du magasin du faubourg Saint-Honoré. Les échanges Tandem étaient lancés. Rapprocher ces deux univers n’est pas qu’une affaire de kilomètres. C’est une invitation à vivre la vie de l’autre et à faire connaître la sienne.
     
  • La dextérité,
    secret de fabrication des talents

    Un ballet de doigts agiles fait danser les outils de la coupe et du travail à la table dans les maroquineries. Hermès accueille une diversité de parcours et d’âges. La dextérité, testée avec Pôle emploi, l’emporte ici sur la formation d’origine.
    C’est, avec le respect du temps long, le principal secret de fabrication des objets.
     
  • Dans les filets dorés de la porcelaine

    Des arts qui émaillent la céramique, celui de poser des filets sur une pièce de porcelaine est l’un des plus délicats. Dans les ateliers Hermès de Nontron, il faut savoir jongler entre coupelles et grands vases, assiettes, plats et soupières. Huit fileurs-doreurs maintiennent ce savoir-faire et les décorent à la main, à l’aide d’un pinceau à sifflet gorgé d’or, de platine ou de couleur.