La boîte orange a de la ressource | Hermès

LA PLANÈTE
La boîte orange a de la ressource
Ronde, rectangulaire ou carrée, elle emballe cravate, chapeau, bottes, vaisselle, bijou ou sac. Il n’y a guère que les meubles qui n’arrivent pas à se glisser dedans. La boîte orange est fabriquée en France par sept cartonniers. Esthétique et robuste, ses qualités en font un objet iconique à part entière.
Il n’y en a généralement que pour sa bonne mine. Une chaude couleur d’agrume – non répertoriée chez Pantone – devenue le symbole de la maison après la Seconde Guerre mondiale. Son apparition remonte à 1942, lorsque le carton d’emballage couleur crème vient à manquer. Le fournisseur d’alors se rabat sur ce qui lui reste. Ce sera du orange. Des générations de boîtes se sont succédé depuis. Un collectionneur les distinguerait à la vigueur de la teinte, au grain, au logo, aux filets courant sur les bords…  
Ce qui fait la véritable modernité de la boîte d’aujourd’hui est toutefois invisible : des matières premières vertueuses et un marquage par une encre à l’eau, non-polluante. Le carton provient à 100% du recyclage. Quant au papier de soie tapi au fond de la boîte et au sac orange qui la transporte, ils sont issus de forêts gérées durablement. Cette exigence, qui leur vaut le label FSC, est répercutée par les cartonniers auprès de leurs fournisseurs.
 
À découvrir aussi
 
 
 
  • Des diamants certifiés éthiques

    De l’extraction dans les mines jusqu’à la vente des bijoux dans les boutiques Hermès, la filière diamants de la maison est au diapason du processus international de Kimberley. Au moment de l’achat, un certificat mentionnant cette garantie d’éthique est remis au client.
     
  • Le cuir, une précieuse matière

    Sac, selle, gants, souliers, ceinture… Pour fabriquer ces objets Hermès, rien ne serait possible sans le cuir. Mais cette précieuse matière première n’est pas toujours utilisée dans sa totalité. Artisans et designers maison imaginent donc de nouvelles solutions pour réduire et valoriser les chutes.
     
  • Avec le fonds carbone Livelihoods, priorité au local

    Et si l’avenir du climat se jouait au détour d’un village du Kenya, d’Indonésie ou du Pérou plutôt que dans les sommets internationaux ? Les fonds carbone Livelihoods privilégient cette approche de terrain. Les projets bénéficient aux populations rurales tout en compensant l’empreinte carbone d’Hermès, partenaire depuis 2012. Le groupe vient de se réengager pour vingt ans.