Sur la route de la soie Hermès : l’impression | Hermès

LES COMMUNAUTÉS

Sur la route de la soie Hermès :
l’impression

Hermès devient le premier client des Ateliers AS dans les années 1960 et leur actionnaire principal en 1987. Avec son outil industriel unique au monde, cet imprimeur textile installé à Pierre-Bénite représente plus qu’un passage obligé pour le carré. Ses artisans sont les maîtres des couleurs depuis 1948 : ils les combinent, les cuisinent, puis les déposent au cadre plat sur de longs rouleaux de soie grège.
D’ici trois à quatre ans, les Ateliers AS inaugureront leur cinquième ligne d’impression, dans le cadre d’un vaste projet d’investissement du site de Pierre-Bénite. L’objectif est d’accroître les capacités de production et les effectifs de la Holding Textile d’Hermès, mais aussi de renforcer les échanges entre les savoir-faire d’impression, d’apprêt et de finition regroupés sur ce site, à une douzaine de kilomètres de Lyon. De quoi donner des ailes à l’imprimeur fondé en 1937, qui emploie à présent plus de 200 personnes.
Le carré de soie ne lui a jamais fait d’infidélité depuis 1948, date à laquelle Émile Hermès et son gendre Robert Dumas découvrent la technique d’impression dite « à la lyonnaise » – ou au cadre plat –, mise au point par le chimiste Auguste Arnaud et le coloriste Aimé Savy, en collaboration avec le graveur Marcel Gandit. Dans les années 1960, Hermès devient ainsi le client numéro un de l’imprimeur lyonnais, alors que la renommée du carré grandit.
Si celui-ci n’en finit pas de faire le tour du monde dans une multitude de couleurs et de formats, il le doit largement au savoir-faire des Ateliers AS.
Au moment d’emmener le rêve d’un dessinateur sous de nouvelles latitudes chromatiques, son équipe de cinq coloristes ne s’interdit rien, à condition de respecter la maquette et le sens du dessin. Ainsi le carré Animapolis du printemps-été 2019, dont le graveur Gandit a préparé l’impression en 39 couleurs. Comme pour tous les motifs, une quinzaine de nuanciers dans l’esprit de la saison ont été élaborés, pour une petite dizaine finalement retenue à l’issue de six mois de mise au point. Et personne ne s’étonnera qu’une panthère bleue longeant les murs du Kremlin de Moscou ou qu’un dragon fuchsia rôdant autour du palais de la Culture et de la Science de Varsovie aient eu les faveurs de la direction artistique de la soie. Casser les codes est une marque de fabrique du carré.
Pour composer ces palettes étonnantes, direction la « cuisine des couleurs ». Des milliers de recettes maison y ont été mitonnées, à base de pigments et de gomme de guar, avant de pouvoir « s’attabler ».
Uniques au monde avec leur longueur de 150 mètres, les tables de Pierre-Bénite entreraient difficilement dans une salle à manger ordinaire. Elles sont taillées pour accueillir et dérouler de gros rouleaux de twill de soie, prêts à recevoir autant de cadres plats qu’il y a de couleurs à imprimer.
Comme dans une course de relais, un artisan prend le témoin tous les 40 mètres, pilotant la couleur, modulant la vitesse, vérifiant le respect des repères d’impression. Les passages successifs donnent naissance à une ribambelle de carrés éclatants, imprimés à la queue leu leu.
Encore un bain de fixation à la vapeur, suivi du lavage, du rinçage et du séchage, et voici les pièces apprêtées. Ainsi se perpétuent ces savoir-faire exceptionnels, grâce à un outil industriel qui continue d’intégrer des innovations permettant de répondre à la créativité de la direction artistique d’Hermès.
« Il faut trois années pour devenir un artisan confirmé, les deux premières sont consacrées à la formation avec un tuteur. »
Magali Marmonnier, chef d’atelier aux Ateliers AS à Pierre-Bénite

 

À découvrir aussi

 
 
 
  • Sur la route de la soie Hermès :
    la gravure

    En 2006, à la suite de la disparition de leur fondateur, les établissements Marcel Gandit rejoignent Hermès. Le choix de la continuité pour ce graveur textile de Bourgoin-Jallieu, auquel le carré doit la précision de ses motifs. Depuis 1948, ses artisans réalisent les cadres sérigraphiques qui servent à l’impression « à la lyonnaise », en partant de la décomposition du dessin d’artiste.
  • Sur la route de la soie Hermès :
    La Holding Textile d’Hermès

    Derrière cette dizaine de sociétés qui grandissent en Rhône-Alpes sous l’aile d’Hermès, se cache une myriade de savoir-faire. Pour la plupart uniques, ils s’illustrent dans les collections de la maison et sont également prisés par des clients du monde entier.
  • À Challes, les nouvelles vies du crin

    Naturel ou teint, mixé à du sisal ou twisté par des motifs façonnés pour les besoins des décorateurs et tapissiers contemporains, le crin poursuit sa mue au sein de Créations Métaphores. Son tissage par ATBC, atelier de tissage de la Holding Textile Hermès dans la Sarthe, reste totalement artisanal.

    En savoir plus

Notre empreinte sur...

  • La planète

    Hermès s’attache à sublimer, dans une vingtaine de métiers, les plus belles matières offertes par la nature. Les gestes de nos artisans respectent cuirs, soie, étoffes, bois, cristal et métaux précieux. Préserver, optimiser, revaloriser, tracer… Notre devoir est de faire un usage pérenne de ces ressources.
  • Les communautés

    Hermès possède 41 manufactures en France, sur 52, et compte plus de 300 magasins dans le monde. La proximité avec les fournisseurs, les partenaires et les territoires se cultive sur le terrain. Fertiliser, mailler, rénover, s’engager… Notre rôle d’entreprise citoyenne est de créer des liens durables.