Global Compact, code de conduite international | Hermès

La planète

Global Compact, code de conduite international

Respect des droits de l’homme, des normes internationales du travail, de l’environnement ainsi que lutte de la corruption… Les responsabilités des participants au Global Compact découlent de la déclaration universelle des droits de l’homme, la déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail de l’OIT, la déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, ainsi que de la Convention des Nations Unies contre la corruption.
 
Dans une économie globalisée, comment une entreprise citoyenne du monde doit-elle se comporter pour participer au développement durable de la planète ? C’est la question qui a présidé au lancement de l’initiative internationale Global Compact des Nations Unies par Kofi Annan en 2000. Pour s’inscrire dans ce cadre universel, il ne suffit pas de cocher les cases des dix principes de base à respecter en matière de droits de l’homme, normes internationales du travail mais aussi environnement et lutte contre la corruption. Cet engagement volontaire se double d’une démarche de progrès.
Une fois par an, dans un rapport appelé Communication sur le Progrès (CoP), les participants au Global Compact doivent détailler la façon dont ils appliquent toutes ces valeurs vis-à-vis des personnes comme de la planète et ce, partout où ils exercent leurs activités.
Chartes éthiques, codes de bonne conduite des affaires, organisation du dialogue social, politique de ressources humaines, comités de suivi internes, audits… Hermès évalue ses bonnes pratiques au crible d’une grille de 21 critères, un niveau de reporting dit « GC-Advanced ».
Pour les Nations Unies, les entreprises ont tout à gagner de l’intégration des dix principes du Global Compact dans leurs stratégies, politiques et procédures. Car elles mettent ainsi en place les conditions de leur propre développement durable, outre celui de la planète.


À découvrir aussi
 

  • Une électricité française « verte »

    Désireux de prendre part à la transition énergétique lancée par l’accord de Paris (COP21), Hermès intègre les énergies renouvelables dans sa consommation d’électricité dans l’hexagone.
     
  • act4nature : agir pour la biodiversité

    Avec moins de diversité sur terre comme dans les océans, le monde vivant perd irrémédiablement une partie de sa richesse et de ses couleurs. Des espèces et des gènes s’éteignent pour toujours. En France, 65 entreprises dont Hermès se mobilisent à travers l’initiative act4nature.
     
  • Africa-twix, au secours des espèces protégées

    Afin de lutter contre le trafic d’espèces sauvages protégées du bassin du Congo, cinq pays coopèrent autour du programme Traffic de l’ONG WWF, avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.
     

notre empreinte sur...

  • La planète

    Hermès s’attache à sublimer, dans une vingtaine de métiers, les plus belles matières offertes par la nature. Les gestes de nos artisans respectent cuirs, soie, étoffes, bois, cristal et métaux précieux. Préserver, optimiser, revaloriser, tracer… Notre devoir est de faire un usage pérenne de ces ressources.
  • Les communautés

    Hermès possède 41 manufactures en France, sur 52, et compte plus de 300 magasins dans le monde. La proximité avec les fournisseurs, les partenaires et les territoires se cultive sur le terrain. Fertiliser, mailler, rénover, s’engager… Notre rôle d’entreprise citoyenne est de créer des liens durables.