Une électricité française « verte » | Hermès

La planète

Une électricité française « verte »

Puissance de l’eau, des vagues et des marées, souffle du vent, énergie du soleil ou de la terre, biomasse provenant de la forêt, de l’agriculture ou de déchets de tous ordres… C’est sur les forces inépuisables de la nature que s’appuie la production d’électricité dite « verte ». Celle-ci permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
 

© Quentin Bertoux

En France, les énergies renouvelables représentaient 20 % de la production totale d’électricité en 2018. Pour répondre au défi climatique, cette part doit atteindre 40 % en 2030 grâce au développement des capacités de production. Dans cette période de transition énergétique, Hermès a cherché la meilleure solution pour privilégier l’électricité verte dans sa propre consommation en France, et s’inscrire sans attendre dans les pas de l’accord de Paris de décembre 2015.
C’est ce qui l’a amené à choisir l’option 100 % énergie renouvelable d’EDF, alors seule proposition d’envergure nationale pour les industriels.
Le contrat qui lie Hermès à l’électricien historique permet de promouvoir les énergies renouvelables dans l’hexagone. Il garantit qu’une quantité équivalente à celle consommée par les boutiques, les ateliers, les bureaux et autres installations du groupe dans l’hexagone est bien injectée sur le réseau sous forme d’électricité dite « verte », et qu’elle provient bien de sources françaises. Soit EDF produit directement les kilowattheures à partir de ses propres capacités en énergies renouvelables (centrales hydroélectriques principalement), soit il les achète à des producteurs concurrents sur la bourse française d’échange d’électricité Powernext. Dans ce dernier cas, l’idée est de recourir à une forme de compensation qui n’est pas sans rappeler le mécanisme utilisé dans la neutralisation des émissions de CO2.
En encadré : La garantie d’origine (GO) sur la source de fourniture s’exerce à travers des certificats d’origine transmis par EDF à Powernext, qui joue ainsi le rôle d’organisme de certification. Le numéro de cette GO permet à Hermès de remonter au site de production émetteur, le plus souvent une centrale hydroélectrique. L’hydraulique reste en effet la première source d’énergie renouvelable en France.


À découvrir aussi
 

  • act4nature : agir pour la biodiversité

    Avec moins de diversité sur terre comme dans les océans, le monde vivant perd irrémédiablement une partie de sa richesse et de ses couleurs. Des espèces et des gènes s’éteignent pour toujours. En France, 65 entreprises dont Hermès se mobilisent à travers l’initiative act4nature.
     
  • Africa-twix, au secours des espèces protégées

    Afin de lutter contre le trafic d’espèces sauvages protégées du bassin du Congo, cinq pays coopèrent autour du programme Traffic de l’ONG WWF, avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.
     
  • Dans le sillage des parfums, recyclage et énergie

    Tous les jus de la maison sont fabriqués au Vaudreuil, dans l’Eure. Le site abrite cette bibliothèque olfactive et veille sur son empreinte environnementale.