Hermès affiche la couleur | Hermès

Hermès affiche la couleur

La palette chromatique 2018 ponctue les intérieurs, soutient la force des dessins et entre en résonance avec la matière. Brillante et lumineuse sur la laque, la porcelaine et le textile, la couleur devient plus mate et dense sur le cuir et le bois.

Fantaisie rigoureuse et rigueur joyeuse

 
  •  
    Pour exprimer cette singularité chromatique, le duo de directeurs artistiques délégué à cet univers Charlotte Macaux Perelman et Alexis Fabry explique que « la couleur permet de porter l’attention sur une autre échelle d’objets ».

« C’est très souvent la matière qui conduit à la couleur, qui la dicte.»

Charlotte Macaux Perelman et Alexis Fabry
  • En conséquence, les créations de petite taille et le mobilier surprennent à la manière de trompe-l’œil. Est-ce de l’architecture ou de la porcelaine ? Un tableau monumental ou un plaid ? La couleur anime les dessins et réveille les matières.
    Elle est une des expressions de la fantaisie dans l’oxymore Hermès, quand le geste et la qualité de l’objet en incarnent la rigueur.

Matières à réflexion

La force de l’objet, son supplément d’âme et de poésie se nourrissent de l’utilisation de nuances vives, surtout si elles conversent entre elles. Mais, selon Charlotte Macaux Perelman et Alexis Fabry, un principe fondamental demeure : « C’est très souvent la matière qui conduit à la couleur, qui la dicte. »
Les tissus s’affirment comme le territoire le plus naturel pour porter la couleur : celui où elle peut s’afficher avec le plus d’éclat et servir les fantaisies de la narration.
  •  
    Les plaids Tangram, variation sur un camaïeu de quatre teintes sur un cachemire filé et tissé à la main, offrent des combinaisons qui répondent parfaitement à l’équation de rigueur du savoir-faire et de fantaisie de la création.
  • Pour la porcelaine décorée, elle permet d’explorer toutes sortes d’associations. Ainsi le nouveau service de porcelaine Walk in the Garden, interprétation de dessins de Nigel Peake, évoque la liberté et la légèreté des jardins anglais grâce à une palette réduite de quatre teintes subtiles qui se coordonnent pour donner libre cours à de multiples superpositions joyeuses.
  • La couleur étend son champ d’action de manière moins attendue sur le mobilier, où elle se déploie de façon plus interstitielle : habituellement en feuille de cuir, un coussin sur une chaise ou une assise sur un banc peuvent ainsi être désormais proposés en tissu coloré.

    « La couleur nous a permis de nous affranchir du cuir », résument Charlotte Macaux Perelman et Alexis Fabry.