Saint-Junien, le gant dans la peau | Hermès

LES COMMUNAUTÉS

Saint-Junien, le gant dans la peau

La concurrence et l’évolution de la consommation ont causé bien des revers au gant français, né au Moyen-Âge au cœur des régions d’élevage. Presque centenaire, la ganterie de Saint-Junien, sur les berges de la Vienne, est la plus ancienne à fabriquer cet accessoire. Acquise par Hermès en 1998, elle vit une nouvelle jeunesse.
Située en Haute-Vienne, cette ancienne coopérative fait vivre ce savoir-faire depuis 1919. Elle fournit Hermès à partir de 1981. En 1998, quand le groupe reprend la ganterie, celle-ci emploie une soixantaine de personnes, dont la moitié travaillent à domicile. Vingt ans plus tard, le déménagement du modeste atelier du centre-ville dans une ancienne usine de traitement de la laine symbolise un nouvel élan. 
À la cinquantaine de gantiers sont venus s’ajouter 54 artisans en petite maroquinerie. Depuis 2016, les portefeuilles s’ajoutent ainsi aux gants produits dans la tradition du « système Jouvin ». Ce gantier grenoblois a révolutionné la ganterie française en brevetant notamment, en 1834, sa « main de fer », un emporte-pièce utilisé pour la coupe. C’est, encore aujourd’hui, l’un des secrets caressés par le gant de Saint-Junien.

La « main de fer »

© Photographe : Christophe Mariot

À découvrir aussi
 

  • Des Entreprises du Patrimoine Vivant dans l’air du temps

    Elles sont maîtres du cristal ou de l’argent, domptent le cuir, subliment les étoffes, impriment la céramique. Une douzaine de sociétés d’Hermès sont estampillées Entreprises du Patrimoine Vivant. Un label qui distingue des techniques d’excellence, des brevets et des archives d’exception, et un ancrage géographique ancien. Ce vivier est surtout un repère d’innovations.
     
    • Montbron,
      de la charentaise au sac Hermès

    • La Tardoire serpente au milieu des prés, des vaches limousines paressent. Dans son décor de carte postale, Montbron versait dans l’oubli.  L’implantation de la maroquinerie Hermès a créé plus de 250 emplois qui ont contribué à redynamiser la commune charentaise. 
       
  • Une soie à la fibre généreuse

    Un carré Hermès, c’est plus qu’un foulard, surtout lorsqu’il se fait solidaire. Des séries limitées sont régulièrement proposées pour inviter à soutenir l’action d’associations locales.
    Pour la condition des femmes et des enfants, la santé, la défense de l’environnement, la protection d’espèces menacées ou encore le soutien à l’art, le carré se plie en quatre.
     
  • Collection Empreintes sur le monde

    Sous les 320 mètres de béton de la Trellick Tower, se développe  la Goldfinger Factory. Dans ce West London défavorisé, des jeunes gens deviennent des apprentis talentueux, avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès. Bois et tôles de récupération se métamorphosent en meubles design. Un projet social centré sur le style.