Défilé Prêt-à-porter Femme
Printemps-Été 2018

Pour cette collection printemps-été 2018, le vêtement accompagne le geste, il se plie, se déplie, se transforme, apportant une nouvelle lecture à la silhouette.

L’Esprit de la collection

Nadège Vanhée-Cybulski, directrice artistique du prêt-à-porter féminin, joue la transparence et la superposition. Les tons sourds évoquent les contrastes de la nature : le chaud et le froid, la lumière et l’obscurité, du noir au bleu noir, le bleu trempé, l’ultraviolet, le rose granit, le rouge H, le vert thym et le ficelle.
  • L’art du Tartan

    Un motif de plaid écossais délaisse son caractère classique à travers une étude du tablier.
    Les formes de ce dessin géométrique se répètent sur un blouson ou une jupe en maille pour créer un tressage de cuir. Le mouvement libéré transforme la silhouette du tablier. Il s’enroule et se plie haut sur la taille : jupes-culottes, pantalons larges, basque utilitaire qui se zippe ou se détache, volume aérien pour un pas dynamique. Des matières ultralégères prêtent aux vêtements un toucher craquant. La transparence et les superpositions créent des détails en trompe-l’œil.
  • Defile femme
  • Defile femme
  • L’attraction du Grand Manège

    Le carré Grand Manège, dessiné par Henri d’Origny, est déconstruit au fil de la collection. Il offre un jeu délicat de strates et d’échelles du motif. Unis, ses brides et harnachements entrelacés courent sur une toile de lin laquée. Fragmentés, les éléments de ce dessin se font abstraits – une aquarelle à fleurs sur un twill de soie, un tee-shirt calligraphié ou une guipure en jersey.
  • Le jeu des couleurs 

    Le carré Grand Manège se décline aussi en maille soulignée par une ceinture couleur rouge sanguine. Les boucles d’oreilles, en verre soufflé et veau swift, sont rehaussées d’une touche magnolia.  Les sandales ouvertes, en veau, de couleur blanche, s’accompagnent d’un talon recouvert d’acier brossé.
  • Defile femme
  • Le sac Hermès 2002, tourné vers le futur

    Il se montre ici dans de nouvelles proportions, en toile H imprimée, en gabardine à carreaux, en crocodile ou en box, et se dote d’un fermoir en métal palladié. Le sac seau se fait léger et estival, dans une soie lourde bicolore crochetée, associée à une bandoulière étrivière en cuir brut.

En backstage

Un moment d’intimité avec les mannequins pour voir la collection sous toutes ses coutures.