Croiseur de fils, l’envers des étoffes | Hermès

Les femmes et les hommes

Croiseur de fils, l’envers des étoffes

Dans le sac à main de Josette Gonnot, glissé au milieu de ses autres trésors, un compte-fils sommeille. Au cas où un velours de Gênes ou un jacquard d’exception croiserait sa route. À l’aide de cette loupe, qui l’accompagne comme une amulette, elle perce les mystères des étoffes. Il faut en effet être fin limier pour exercer son métier : croiseur de fils chez Hermès.
C’était, à l’origine, l’apanage des hommes chez les soyeux lyonnais. Connaître sur le bout des doigts les qualités des tissus. Savoir comment entrelacer fils de chaîne et fils de trame pour obtenir motif et effet désirés. Puis le décrire par le menu pour les métiers à tisser.
À présent, Josette Gonnot est l’une des dernières gardiennes, en France, des techniques anciennes de croisement de fils. Elle en fait l’apprentissage en entrant en 1984 dans la maison de tissus Bucol, qui sera acquise plus tard par Hermès. La jeune ingénieure vient de sortir de l’École supérieure des industries textiles de Lyon.
Mais en moins de dix ans, tout change. Quand les fabricants ne ferment pas, ce sont les logiciels qui arrivent, pour convertir le dessin textile en commandes de croisement de fils. Pourtant, « dès que l’on veut faire quelque chose d’un peu élaboré, cela ne suffit pas », explique Josette Gonnot. C’est là qu’elle intervient, pour aider l’ordinateur à décoder le tissu dans toute sa complexité.
Le meilleur entraînement du croiseur de fils ? Analyser le plus d’échantillons possible. Munie de son compte-fils, Josette Gonnot n’a donc de cesse de faire parler les étoffes, même les plus anciennes. Puis elle les « interprète » avec les techniques actuelles, comme on le ferait d’une musique écrite pour des instruments disparus. Un savoir rare qui lui vaut de pincer fièrement sur son col, dans les grandes occasions, un insigne de chevalier des Arts et des Lettres décerné par le ministère de la Culture.
La relève est désormais assurée. Josette Gonnot transmet actuellement son savoir-faire à deux collaboratrices d’Hermès, dont l’une travaille à ses côtés depuis 2006. Il faut en effet plusieurs années pour connaître sur le bout des doigts toutes les matières et maîtriser parfaitement le croisement de fils.

 

À découvrir aussi

 
 
 
  • Karumi: l’art du bambou revisité par un artisanat high-tech

    Au Japon, le bambou est omniprésent dans le paysage et la vie quotidienne. Il s’est plié aux formes épurées du banc et des tabourets Karumi grâce à l’inventivité d’un maître ébéniste, Chuzo Tozawa.
  • Les ateliers de Fitilieu, un site de formation pilote

    Ce nouvel atelier, destiné aux artisans maroquiniers du pôle Savoie-Dauphiné, innove pour accueillir davantage de personnes en situation de handicap.
  • L’école du cuir, une transmission des valeurs et des savoir-faire

    Un dispositif commun de formation accompagne le développement d’Hermès dans le cuir. Il fait le lien entre de multiples parcours d’artisans et des maroquineries situées un peu partout en France. 
     

Notre empreinte sur...

  • Les femmes et les hommes

    Hermès emploie 15417 hommes et femmes, dont 5200 artisans, la première profession représentée dans la maison. Ce pays de la main se transforme et recrute en permanence. Former, transmettre, développer, assurer bien-être, santé et solidarité… Notre ambition est d’accompagner l’accomplissement de chacun.
  • La planète

    Hermès s’attache à sublimer, dans une vingtaine de métiers, les plus belles matières offertes par la nature. Les gestes de nos artisans respectent cuirs, soie, étoffes, bois, cristal et métaux précieux. Préserver, optimiser, revaloriser, tracer… Notre devoir est de faire un usage pérenne de ces ressources.
  • Les communautés

    Hermès possède 43 manufactures en France, sur 55, et compte plus de 300 boutiques dans le monde. La proximité avec les fournisseurs, les partenaires et les territoires se cultive sur le terrain. Fertiliser, mailler, rénover, s’engager… Notre rôle d’entreprise citoyenne est de créer des liens durables.