time Created with Sketch.
LA PLANÈTE

Des diamants certifiés éthiques

De l’extraction dans les mines jusqu’à la vente des bijoux dans les boutiques Hermès, la filière diamants de la maison est au diapason du processus international de Kimberley. Au moment de l’achat, un certificat mentionnant cette garantie d’éthique est remis au client.
Selection Selection
L’extraction du diamant brut, la taille de ses 57 facettes, le négoce et le tri à la loupe, le sertissage et le contrôle de la qualité des bijoux finis puis leur livraison et leur vente en magasin : chacun de ces maillons constitue un point de contrôle de la filière diamant d’Hermès. C’est ce qui lui vaut sa certification selon le  processus de Kimberley (SCPK).  
Ce système de traçabilité des diamants utilisés dans la bijouterie, la joaillerie et l’horlogerie et adopté par 81 pays, dont la France, définit en effet les conditions de contrôle de la production et du commerce des pierres.
Entré en vigueur en 2003, il a permis d’entraver l’arrivée sur le marché légal des « diamants des conflits », dont la vente alimentait des guerrillas dans des pays instables et fragiles.
Cette certification SCPK est elle-même requise pour obtenir celle, également détenue par la filière diamant d’Hermès, du Responsible Jewellery Council (RJC), autre étalon mondial incontournable en matière de bonnes pratiques sociales, éthiques et environnementales dans les métiers de la bijouterie-joaillerie.
Une véritable chaîne de responsabilités est ainsi bouclée.
 
Sertissage Sertissage

À découvrir aussi

 

  • Avec le fonds carbone Livelihoods, priorité au local

    Et si l’avenir du climat se jouait au détour d’un village du Kenya, d’Indonésie ou du Pérou plutôt que dans les sommets internationaux ? Les fonds carbone Livelihoods privilégient cette approche de terrain. Les projets bénéficient aux populations rurales tout en compensant l’empreinte carbone d’Hermès, partenaire depuis 2012.
     
     
  • Avec le fonds carbone Livelihoods, priorité au local
  • Le cuir, matière à re-création
  • Le cuir, une précieuse matière

    Sac, selle, gants, souliers, ceinture… Pour fabriquer ces objets Hermès, rien ne serait possible sans le cuir. Mais cette précieuse matière première n’est pas toujours utilisée dans sa totalité. Artisans et designers maison imaginent donc de nouvelles solutions pour réduire et valoriser les chutes. De cette réflexion commune naissent une ribambelle de petits objets.
     
  • La boîte orange a de la ressource

    Ronde, rectangulaire ou carrée, elle emballe avec le même entrain cravate, chapeau, bottes cavalières, vaisselle, bijou ou sac. Il n’y a guère que les meubles qui n’arrivent à se glisser dedans. La boîte orange est fabriquée en France, par sept cartonniers. Esthétique et robuste, ses qualités en font un objet iconique à part entière.
     
  • La boîte orange, les objets dans la peau