Le cuir, une précieuse matière | Hermès

LA PLANÈTE

Le cuir, une précieuse matière

Sac, selle, gants, souliers, ceinture… Pour fabriquer ces objets Hermès, rien ne serait possible sans le cuir. Mais cette précieuse matière première n’est pas toujours utilisée dans sa totalité. Artisans et designers maison imaginent donc de nouvelles solutions pour réduire et valoriser les chutes.
À leur arrivée dans les ateliers, les peaux sont auscultées et triées avec soin. Leur grain et leur couleur vont en effet coexister dans l’objet, définir son usage quotidien, donner envie de l’adopter pour la vie. Quand vient l’étape de la coupe, toutes les techniques d’optimisation sont mises en œuvre pour minimiser, dans le droit fil de la pratique artisanale, les pertes. Impossible malgré tout de les éliminer totalement. Alors que deviennent les chutes ? Une matière à idées.
Point de laissées pour compte, toutes trouveront leur point de chute. L’une deviendra porte-cartes, une autre, anse de galet cale-porte. Même les plus petits des morceaux de cuir, ceux que l’on appelle des « squelettes », trouveront leur utilité. Ils seront aiguillés vers le site, la filière de la maison ou des partenaires qui sauront les valoriser.
Rondelles, lanières et autres morceaux de cuir sont aussi récupérés par petit h, laboratoire créatif où dialoguent artisans, designers et artistes. C’est une opportunité, celle d’expérimenter sans rien s’interdire. Chez Hermès, le casse-tête de l’optimisation du cuir est ainsi devenu une invitation à re-création, un vivier d’inventivité.
 


À découvrir aussi
 

  • Avec le fonds carbone Livelihoods, priorité au local

    Et si l’avenir du climat se jouait au détour d’un village du Kenya, d’Indonésie ou du Pérou plutôt que dans les sommets internationaux ? Les fonds carbone Livelihoods privilégient cette approche de terrain. Les projets bénéficient aux populations rurales tout en compensant l’empreinte carbone d’Hermès, partenaire depuis 2012. 
     
  • La boîte orange a de la ressource

    Ronde, rectangulaire ou carrée, elle emballe cravate, chapeau, bottes, vaisselle, bijou ou sac. Il n’y a guère que les meubles qui n’arrivent pas à se glisser dedans. La boîte orange est fabriquée en France par sept cartonniers. Esthétique et robuste, ses qualités en font un objet iconique à part entière.
     
  • Des diamants certifiés éthiques

    De l’extraction dans les mines jusqu’à la vente des bijoux dans les boutiques Hermès, la filière diamants de la maison est au diapason du processus international de Kimberley. Au moment de l’achat des précieuses pierres, un certificat mentionnant cette garantie d’éthique est remis au client.