L’École du cuir | Hermès

LES FEMMES ET LES HOMMES

L’École du cuir, une transmission des valeurs et des savoir-faire

Chaque année, Hermès recrute plus de 200 artisans pour son pôle Cuir. Le groupe en a profité pour s’ouvrir à des talents issus de tous horizons professionnels. Il fallait donc imaginer des formations qui n’ont rien de scolaire. Avec l’ambition d’un diplôme pour tous.
Comment fabriquer des gants, un sac, une selle quand on a appris un autre métier ? Chez Hermès, cela passe aussi par l’École du cuir. Une école sans bâtiment, une méthode plutôt, comme l’on en trouve dans l’histoire de la peinture. Avec cette idée de transmission durable de valeurs et de savoirs communs. Depuis 2011, la forte demande en maroquinerie engage Hermès à augmenter ses capacités de production. Il s’agit désormais de former des adultes qui, dans neuf cas sur dix, arrivent totalement novices dans les maroquineries.
Alors, autant innover et utiliser ses cinq sens. Avant tout exercice pratique, les artisans stagiaires observent – des outils, une posture, un geste –, réfléchissent et jouent. C’est en fermant les yeux que se découvre, par exemple, le perlage, cette opération de sertissage qui donnera sa belle tête ronde, en forme de perle, à un clou coupé. La petite musique du perloir sur la plaque de sanglon d’un sac, sa régularité, sa puissance selon la force exercée sur l’outil, en dira plus long que bien des explications. Parvenir à la fabrication d’objets d’exception n’est pas l’unique ambition. En liaison avec des lycées et écoles, la cinquantaine de formateurs a vocation à accompagner chacun jusqu’au diplôme.
 


À découvrir aussi

 

  • Tandem, dix ans d’ouverture d’esprit

    Fin 2008, un artisan de la maroquinerie de Sayat quittait ses outils et le Puy-de-Dôme pour passer une semaine derrière un comptoir au côté d’un vendeur du magasin du faubourg Saint-Honoré. Les échanges Tandem étaient lancés. Rapprocher ces deux univers n’est pas qu’une affaire de kilomètres. C’est une invitation à vivre la vie de l’autre et à faire connaître la sienne.
     
  • Collection Empreintes sur le monde

    On les reconnaît à leur blouse blanche, qui leur vaut le surnom de Blouse Brothers. Ce sont les frères Prudhomme, Lionel et André, contremaîtres à la maroquinerie de Pantin. Plus que leur habit, leurs gestes affûtés par une quarantaine d’années de maison en font des mentors à la parole d’or, au regard attentif au moindre détail. Ils transmettent ainsi aux artisans maroquiniers les secrets des finitions impeccables, les exigences du sac parfait.
  • Dans les filets dorés de la porcelaine

    Des arts qui émaillent la céramique, celui de poser des filets sur une pièce de porcelaine est l’un des plus délicats. Dans les ateliers Hermès de Nontron, il faut savoir jongler entre coupelles et grands vases, assiettes, plats et soupières. Huit fileurs-doreurs maintiennent ce savoir-faire et les décorent à la main, à l’aide d’un pinceau à sifflet gorgé d’or, de platine ou de couleur.
     
  • La dextérité, secret de fabrication des talents

    Un ballet de doigts agiles fait danser les outils de la coupe et du travail à la table dans les maroquineries. Hermès accueille une diversité de parcours et d’âges. La dextérité, testée avec Pôle emploi, l’emporte ici sur la formation d’origine.
    C’est, avec le respect du temps long, le principal secret de fabrication des objets.
     
  • Le corps à l’ouvrage

    Quinze à vingt heures de travail pour un sac, vingt-cinq heures pour une selle : les gestes nécessaires à la fabrication sont contraignants. Des réflexes simples aident les artisans à garder le cœur et le corps à l’ouvrage.