close fermer

Press release ♦ Communiqué de presse

 

Paris, February the 26th 2016

Hermès refutes claims made by PETA regarding the farming conditions of ostriches in South Africa and condemns this new groundless claim.

Contrary to what the video broadcast by the association suggests:

  • The farms shown in the videos do not belong to Hermès.
  • Hermès operates at a secondary level within this industry.
  • The small quantities of ostrich leather used by Hermès do not come from farms but tanneries which, as per all Hermès suppliers, are subject to permanent and stringent controls.
  • Ostrich farming's first vocation is the production of meat for food and feather production; both industries combined represent a bigger share than the production of leather.
  • Farming conditions in South Africa are closely monitored by several independent institutions: NSPCA (National Society for the Prevention of Cruelty to Animals), SAVA (South African Veterinarian Association), DAFF (South African Department of Agriculture, Forestry and Fisheries).

Hermès is always active and vigilant when it comes to corporate social responsibility. It carries out systematic checks on its suppliers and makes sure they strictly comply with local and international policies, and always strives to adhere to best practices in order to improve these policies.

Hermès deplores the relentless attacks by PETA aiming to harm its reputation through a dishonest representation of the facts and a complete ignorance of the deep ethical commitment of Hermès to the fight against animal cruelty, as well as any other welfare concerns.

 


 

Paris, le 26 février 2016

Hermès dément les accusations de l’association PETA concernant les conditions d’élevage des autruches en Afrique du Sud et dénonce cette nouvelle attaque sans objet.

Contrairement à ce que veut laisser croire cette vidéo :

  • Les fermes d’élevage présentées n'appartiennent pas à Hermès.
  • Hermès n’est qu’un acteur secondaire de la filière de l'autruche.
  • Les faibles quantités de cuir d’autruche utilisées par Hermès proviennent non de fermes mais de tanneries qui, comme tous les fournisseurs d’Hermès, font l’objet de contrôles permanents et vigilants.
  • L’élevage des autruches a d'abord été mis en place pour la production de viande, pour l’alimentation, et pour la production de plumes. Toutes deux réunies, elles représentent une part dans la filière supérieure à celle de l'industrie du cuir.
  • Les conditions d’élevage en Afrique du Sud sont étroitement surveillées par de multiples institutions indépendantes (NSPCA (National Society for the prevention of cruelty to animals), South African Veterinarian Association (SAVA), South African Department of Agriculture, Forestry and Fisheries (DAFF).

Hermès, toujours actif et vigilant en matière d'engagement responsable, procède systématiquement à des contrôles de ses partenaires, et veille à ce qu’ils respectent strictement les réglementations locales et internationales en vigueur et même à être mieux disant afin de contribuer à faire progresser ladite réglementation.

Hermès condamne la volonté manifeste de PETA de porter atteinte à sa réputation à travers un acharnement qui méconnaît la réalité des faits et la force de l’engagement éthique et responsable d’Hermès en matière de lutte contre la souffrance animale.